samedi 4 juillet 2009

Boutures de rosiers anciens

Mercredi dernier, j'ai réussi à terminer mes boutures de rosiers préférés. Je les ai placées sous le grand frêne, là où ils pourront tranquillement développer leurs petites racines. Il y a Jeanne D'Arc, Belle de Crécy, Camaieux, Danaë, Dr Eckener, Rosa Zwerg et Quatre-Saisons, entre autres. En réalité, le plus spectaculaire de tous est, sans contredit, le rosier alba Jeanne D'Arc.

Les fleurs sont magnifiques, très odorantes. De tous mes rosiers, c'est mon préféré. Lorsque je me suis procuré mes premiers rosiers, c'était chez Pickering. Les plants étaient à racines nues et la livraison à l'automne m'avait fait craindre la perte des rosiers au cours de l'hiver mais non! ils avaient tous repris magnifiquement.
J'ai réussi à transplanter Dortmund au printemps mais je ne crois pas qu'il fleurisse cette année. Toutefois, voici une photo de ce rosier lors de ses floraisons prédécentes J'ai déjà vu ce rosier au Jardin Botanique de Montréal où on le cultivait comme un grimpant. Il était tout simplement merveilleux. Les fleurs simples et d'un magnifique rouge cerise avec un centre blanc, sont cependant sans parfum ou presque. Bref, je suis heureuse d'avoir pratiquement bouturé tous mes rosiers; il manque encore Mozart, Leverkusen, John Davis et Golden Wings pour terminer ma roseraie. Je ferai probablement les boutures dans le courant de la semaine prochaine. J'utilise la méthode de Bernard Desparois, que j'ai connu il y a quelques années. Il multipliait ses rosiers incroyablement bien. La seule différence est que j'utilise la poudre d'hormone #2 au lieu de la #1.

3 commentaires:

cammu a dit…

Tu te débrouille bien avec les rosiers? Car semble t-il c'est pas évident (maladie, ravageurs). Je n'ai malheureusement pas la place pour en cultiver.
:)

Nadine a dit…

Bonjour de France !
Merci pour ta visite sur mon blog (mes petites mains pleines de doigts) et ton gentil commentaire. Ton blog est bien joli ! J'aime bien tes poupées au tricot (d'habitude je n'aime pas trop, mais là, je les trouve très originales !). En passant, comme ça : le jardinier de Louis XIV, ce n'était pas Lenôtre ?
A bientôt

Louise a dit…

Bonsoir Nadine,
En fait, Lenôtre dessinait les plans des plates-bandes, des allées, c'était l'architecte paysager. Jean-Baptiste De La Quintinie était le jardinier, celui qui orchestrait la table du roi, le maître du potager. Louis XIV a su s'entourer de grands hommes, tout aussi ingénieux que lui.